7.1 Comptes consolidés 2022 et annexe

Bilan consolidé

ACTIF

(en milliers d’euros)   Référence annexe   31/12/2022   31/12/2021
Actifs non courants            
Immobilisations incorporelles   4.3   79 777   31 574
Écarts d’acquisition   4.2   1 719 170   1 231 635
Immobilisations corporelles   4.1.1   1 662 305   1 268 465
Immobilisations corporelles – droits d’utilisation   4.1.2   221 748   166 288
Participations dans les coentreprises   9   305 127   322 171
Autres actifs financiers   4.5.1   204 636   132 482
Impôts différés   4.6   18 911   12 913
Autres actifs long terme   4.5.3   9 542   10 408
TOTAL ACTIFS NON COURANTS (I)       4 221 216   3 175 936
Actifs courants            
Stocks et en-cours   4.7   616 010   543 893
Clients et autres débiteurs   4.5.4   770 421   622 478
Créances d’impôt       36 018   21 901
Autres actifs courants   4.5.2   21 469   23 426
Trésorerie et équivalents de trésorerie   4.5.5   804 907   874 890
TOTAL ACTIFS COURANTS (II)       2 248 825   2 086 588
TOTAL ACTIF (I + II)       6 470 041   5 262 524

PASSIF

(en milliers d’euros)   Référence annexe   31/12/2022   31/12/2021
Capitaux propres – part du Groupe            
Capital       128 692   128 177
Primes liées au capital       1 550 120   1 547 236
Résultats accumulés       1 054 652   941 249
TOTAL       2 733 464   2 616 662
INTÉRÊTS MINORITAIRES       126 826   119 703
CAPITAUX PROPRES (I)   4.8   2 860 290   2 736 365
Passifs non courants            
Emprunts et dettes financières   4.10.1   1 299 607   805 667
Obligations locatives   4.10.1   196 914   138 175
Consignations d’emballages       148 588   138 828
Engagements envers le personnel   4.12   40 163   56 438
Autres provisions   4.11   98 008   159 825
Impôts différés   4.6   92 480   63 071
Autres passifs long terme   4.10.3   94 509   3 214
TOTAL PASSIFS NON COURANTS (II)       1 970 269   1 365 218
Passifs courants            
Emprunts et concours bancaires (part à moins d’un an)   4.10.1   791 501   507 521
Obligations locatives (part à moins d’un an)   4.10.1   27 735   23 742
Fournisseurs et autres créditeurs   4.10.4   781 742   601 605
Dettes d’impôt       28 771   23 318
Autres passifs courants   4.10.3   9 733   4 755
TOTAL PASSIFS COURANTS (III)       1 639 482   1 160 941
TOTAL PASSIF (I + II + III)       6 470 041   5 262 524

Compte de résultat consolidé

(en milliers d’euros)   Référence annexe   Variation   31/12/2022   31/12/2021
CHIFFRE D’AFFAIRES NET   5.1   55 %   7 134 728   4 589 446
Achats consommés   5.2       (5 690 380)   (3 319 645)
Charges externes   5.4       (403 404)   (415 461)
Charges de personnel   5.3       (236 965)   (199 479)
Impôts et taxes           (134 485)   (122 564)
Résultat brut d’exploitation       26 %   669 494   532 297
Autres produits de l’activité           940   3 106
Amortissements et provisions nets   5.5       (167 747)   (136 530)
Autres produits et charges d’exploitation   5.6       6 327   (7 045)
Résultat opérationnel courant       30 %   509 014   391 828
Autres produits et charges opérationnels   5.7       (58 136)   4 802
Résultat opérationnel avant quote-part de résultat des coentreprises       14 %   450 878   396 630
Quote-part de résultat des coentreprises   9       5 732   5 906
Résultat opérationnel après quote-part de résultat des coentreprises       13 %   456 610   402 536
Produits de trésorerie et d’équivalents de trésorerie           11 868   9 645
Coût de l’endettement financier brut           (42 363)   (22 220)
Coût de l’endettement financier net   5.8   143 %   (30 495)   (12 575)
Charge d’intérêt sur obligations locatives           (10 234)   (8 565)
Autres produits et charges financiers   5.9       (80 116)   (11 456)
Résultat avant impôt       - 9 %   335 765   369 940
Impôt sur les bénéfices   5.10       (63 862)   (65 201)
Résultat net total       - 11 %   271 903   304 739
Résultat net part du Groupe       - 10 %   262 896   292 569
Résultat net minoritaires       - 26 %   9 007   12 170
Résultat net par action (en euros)   5.11   - 10 %   2,56   2,86
Résultat net dilué par action (en euros)   5.11   - 11 %   2,55   2,86

État des autres éléments du résultat global

(en milliers d’euros)   31/12/2022   31/12/2021
RÉSULTAT NET DE L’ENSEMBLE CONSOLIDÉ (I)   271 903   304 739
Réserves de conversion (hors coentreprises)   (8 141)   47 748
Instruments de couverture   39 732   4 715
Impôts sur les instruments de couverture   (10 263)   (1 249)
Actifs financiers à la juste valeur par résultat global   (14 020)   (11 642)
Retraitements liés à l’hyperinflation   2 787   3 333
Impôts sur les retraitements liés à l’hyperinflation   (1 177)   (1 034)
Éléments recyclables du résultat des coentreprises   10 818   1 916
Éléments qui seront reclassés ultérieurement en résultat (II)   19 736   43 787
Gains et pertes actuariels   20 035   6 966
Impôts sur les gains et pertes actuariels   (3 346)   (1 347)
Variation de juste valeur d’option de rachat sur participations ne donnant pas le contrôle   (8 500)   -
Éléments non recyclables du résultat des coentreprises   307   350
Éléments qui ne seront pas reclassés ultérieurement en résultat (III)   8 496   5 969
RÉSULTAT GLOBAL DE LA PÉRIODE (I + II + III)   300 135   354 495
Part attribuable aux propriétaires de la société mère du Groupe   289 852   341 390
Part attribuable aux participations ne donnant pas le contrôle   10 283   13 105

État des variations des capitaux propres consolidés

CAPITAUX PROPRES AU 31     Actions en
circulation
Don’t
actions
propres
    Capital     Primes Actions
propres
Réserves
et résultat
consolidés
Écarts de
conversion
Capitaux
propres
attribuables aux
propriétaires de
la société mère
du Groupe
Participations
ne donnant
pas le contrôle
(intérêts
minoritaires)
Capitaux
propres de
l’ensemble
consolidé
  (en nombre d’actions) (en milliers d’euros)
CAPITAUX PROPRES
AU 31 DÉCEMBRE
2020
103 630 677 58 087 129 538 1 593 902 (2 034) 1 012 305 (232 660) 2 501 051 119 282 2 620 333
Résultat global de la période           291 942 49 448 341 390 13 105 354 495
Variation de pourcentage d’intérêts                    
Paiement en actions           4 386   4 386   4 386
Augmentation de capital 3 044 687   3 806 101 327       105 133   105 133
Réduction de capital (4 134 083)   (5 167) (147 993)       (153 160)   (153 160)
Actions propres   15 035     85 (511)   (426)   (426)
Distribution de dividendes           (181 715)   (181 715) (12 684) (194 399)
Autres variations           3   3   3
CAPITAUX PROPRES
AU 31 DÉCEMBRE
2021
102 541 281 73 122 128 177 1 547 236 (1 949) 1 126 410 (183 212) 2 616 662 119 703 2 736 365
Résultat global de la période           297 244 (7 392) 289 852 10 283 300 135
Variation de pourcentage d’intérêts           (3 437)   (3 437) 86 319 82 882
Option de rachat sur participations ne donnant pas le contrôle*                 (81 800) (81 800)
Paiement en actions           18 136   18 136 3 171 21 307
Augmentation de capital 416 233   520 2 884       3 404 372 3 776
Réduction de capital (3 948)   (5)         (5)   (5)
Actions propres   11 865     (41) (39)   (80)   (80)
Distribution de dividendes           (191 061)   (191 061) (11 219) (202 280)
Autres variations           (7)   (7) (3) (10)
CAPITAUX PROPRES
AU 31 DÉCEMBRE
2022
102 953 566 84 987 128 692 1 550 120 (1 990) 1 247 246 (190 604) 2 733 464 126 826 2 860 290
* Les incidences des variations de périmètre sont décrites en note 3.

Tableau de flux de trésorerie consolidés

(en milliers d’euros)   31/12/2022   31/12/2021
RÉSULTAT NET TOTAL CONSOLIDÉ DES ACTIVITÉS POURSUIVIES   271 903   304 739
Ajustements :        
Élimination du résultat des coentreprises   (5 732)   (5 906)
Élimination du résultat des amortissements et provisions   100 928   163 201
Élimination des résultats de cession   84   (599)
Élimination des produits de dividende   (190)   (91)
Autres produits et charges sans incidence sur la trésorerie (1)   65 270   3 468
CAPACITÉ D’AUTOFINANCEMENT APRÈS COÛT DE L’ENDETTEMENT FINANCIER NET ET IMPÔT   432 263   464 812
Élimination de la charge d’impôt   63 862   65 201
Élimination du coût de l’endettement financier net et de la charge d’intérêt sur obligations locatives   40 729   21 140
CAPACITÉ D’AUTOFINANCEMENT AVANT COÛT DE L’ENDETTEMENT FINANCIER NET ET IMPÔT   536 854   551 153
Incidence de la variation du BFR*   (31 353)   (214 456)
Impôts payés   (84 543)   (42 039)
FLUX DE TRÉSORERIE LIÉS AUX ACTIVITÉS OPÉRATIONNELLES   420 958   294 658
Incidence des variations de périmètre (trésorerie acquise – trésorerie cédée)   57 031   -
Acquisition d’actifs financiers : branche Distribution   -   (83 985)
Acquisition d’actifs financiers : branche Production d’électricité renouvelable (2)   (341 122)   -
Cession d’actifs financiers : branche Distribution   -   3 463
Acquisition d’immobilisations corporelles et incorporelles   (258 416)   (205 682)
Variation des prêts et avances consentis   (451)   (1 653)
Cession d’immobilisations corporelles et incorporelles   5 942   8 733
(Acquisition)/cession d’actifs financiers autres   (2 779)   (157)
Dividendes reçus   34 609   20 298
Autres flux liés aux opérations d’investissement (3)   4 063   -
FLUX DE TRÉSORERIE LIÉS AUX ACTIVITÉS D’INVESTISSEMENT   (501 123)   (258 983)

Tableau de flux de trésorerie consolidés (suite)

(en milliers d’euros)   Référence annexe   31/12/2022   31/12/2021
Augmentation de capital   4.8   3 404   6 995
Rachat d’actions (réduction de capital)   4.8   (5)   (153 160)
(Acquisitions)/cessions d’actions propres       (41)   85
Émissions d’emprunts   4.10.1   1 191 102   730 694
Remboursements d’emprunts   4.10.1   (847 812)   (677 276)
Remboursements des obligations locatives   4.10.1   (33 180)   (40 827)
Intérêts financiers nets versés (4)       (38 908)   (20 923)
Dividendes mis en paiement       (191 061)   (83 577)
Dividendes mis en paiement (participations ne donnant pas le contrôle)       (11 303)   (13 191)
Acquisition d’actifs financiers : branche Production d’électricité renouvelable       (5 306)   -
Autres flux liés aux opérations de financement (2)       (41 975)   -
FLUX DE TRÉSORERIE LIÉS AUX ACTIVITÉS DE FINANCEMENT       24 915   (251 180)
Incidence de la variation des taux de change       (14 733)   8 811
VARIATION DE LA TRÉSORERIE       (69 983)   (206 694)
Trésorerie des activités poursuivies            
Trésorerie d’ouverture (5)   4.5.5   874 890   1 081 584
Variation de la trésorerie       (69 983)   (206 694)
Trésorerie de clôture (5)   4.5.5   804 907   874 890
Dettes financières hors obligations locatives   4.10.1   (2 091 108)   (1 313 188)
Trésorerie nette de dettes financières       (1 286 201)   (438 298)
(1) Dont variations de juste valeur des instruments financiers, charge IFRS 2, écart d’acquisition (dépréciation), etc.
(2) Les incidences des variations de périmètre sont décrites en note 3.
(3) Cf. note 5.7.
(4) Les intérêts financiers nets versés incluent les impacts liés aux retraitements des contrats de location (IFRS 16).
(5) Trésorerie hors concours bancaires.
* Ventilation de l’incidence de la variation du BFR     31/12/2022   31/12/2021
Incidence de la variation des stocks et en-cours 4.7   (77 342)   (205 280)
Incidence de la variation des clients et autres débiteurs 4.5.4   (142 683)   (150 960)
Incidence de la variation des fournisseurs et autres créditeurs 4.10.4   188 672   141 784
Incidence de la variation du BFR     (31 353)   (214 456)

Annexe des comptes consolidés au 31 décembre 2022

Note 1. Généralités

 

1.1 Information financière annuelle

Les états financiers de l’exercice clos le 31 décembre 2022 ont été arrêtés par le Collège de la Gérance le 15 mars 2023 et examinés par le Conseil de Surveillance le 16 mars 2023, qui a autorisé leur publication.

Les états financiers consolidés 2022 ont été établis conformément aux normes comptables internationals publiées par l’IASB (International Accounting Standards Board) et adoptées par l’Union européenne. Ces normes comprennent les IFRS (International Financial Reporting Standards) et les IAS (International Accounting Standards), ainsi que les interprétations de l’IFRS Interpretations Committee.

1.2 Présentation des activités du Groupe

Rubis SCA (ci-après « la Société » ou, avec ses filiales, « le Groupe ») est une Société en Commandite par Actions enregistrée et domiciliée en France. Son siège social est situé 46 rue Boissière 75116 Paris.

Le Groupe exerce trois activités dans le domaine de l’énergie :

•   l’activité Distribution, spécialisée dans la distribution de carburants et combustibles (en stations-service ou auprès de professionnels), de lubrifiants, de gaz liquéfiés et de bitumes ;

•   l’activité Support & Services, qui comprend l’ensemble des activités d’infrastructures, de transport, d’approvisionnement et de services qui viennent en support au développement des activités aval de Distribution ;

•   la branche Production d’électricité renouvelable (Rubis Renouvelables), développée depuis avril 2022 avec l’acquisition de 80 % de Photosol, l’un des principaux producteurs indépendants d’électricité photovoltaïque en France.

Depuis le 30 avril 2020, l’activité Rubis Terminal est comptabilisée dans les comptes du Groupe selon la méthode de la mise en équivalence. La coentreprise Rubis Terminal (ci-après « Rubis Terminal ») est spécialisée dans le Stockage de produits liquides en vrac (carburants et combustibles, produits chimiques et agroalimentaires) pour des clients commerciaux et industriels.

Le Groupe est présent en Europe, en Afrique et aux Caraïbes.

Note 2. Principes comptables

 

2.1   Base de préparation

Les comptes consolidés sont établis selon la convention du coût historique, à l’exception de certaines catégories d’actifs et passifs, conformément aux règles IFRS. Les catégories concernées sont mentionnées dans les notes suivantes.

Pour établir ses comptes, la Direction du Groupe doit procéder à des estimations et faire des hypothèses qui affectent la valeur comptable des éléments d’actif et de passif, des produits et des charges, ainsi que des informations données en notes annexes.

La Direction du Groupe procède à ces estimations et appréciations de façon continue sur la base de son expérience passée ainsi que de divers facteurs jugés raisonnables qui constituent le fondement de ces appréciations.

Les montants qui figureront dans ses futurs états financiers sont susceptibles de différer de ces estimations en fonction de l’évolution de ces hypothèses ou de conditions différentes.

Les principales estimations faites par la Direction du Groupe portent notamment sur les justes valeurs des actifs et passifs acquis lors de regroupements d’entreprises, la valeur recouvrable des goodwill et des immobilisations incorporelles et corporelles, l’évaluation des engagements envers les salariés (y compris les paiements en actions), l’évaluation des autres provisions et les contrats de location (durée de location retenue et taux d’endettement marginaux, décrits en note 4.1.2).

Les états financiers consolidés comprennent les états financiers de Rubis SCA et de ses filiales de l’exercice clos le 31 décembre 2022.

Les états financiers des filiales étrangères sont établis dans leur monnaie fonctionnelle.

Les résultats et la situation financière des filiales du Groupe dont la monnaie fonctionnelle diffère de la monnaie de présentation des comptes (à savoir l’euro) et n’est pas la monnaie d’une économie en hyperinflation sont convertis selon les principes suivants :

•   les actifs et passifs sont convertis au taux de change en vigueur à la date de clôture ;

•   les produits et charges sont convertis au taux de change moyen ;

•   ces écarts de change sont comptabilisés dans les autres éléments du résultat global, au poste « Réserves de conversion » ;

•   les écarts de conversion cumulés sont recyclés en résultat en cas de cession ou de liquidation de la participation à laquelle ils se rapportent.

Les écarts d’acquisition et réévaluations à la juste valeur découlant de l’acquisition d’une entité étrangère sont considérés comme des actifs et passifs de cette dernière et convertis aux taux de change en vigueur à la clôture.

Depuis 2021, le Suriname figure parmi les pays hyperinflationnistes. Les impacts de l’hyperinflation de ce pays sont, sur l’exercice, non significatifs aux bornes du Groupe.

Toutes les transactions significatives réalisées entre les sociétés consolidées ainsi que les profits internes sont éliminés.

Les écarts de change issus de l’élimination des transactions et flux entre sociétés consolidées libellés en monnaies étrangères font l’objet du traitement suivant :

•   les écarts de change issus de l’élimination des transactions internes sont inscrits au poste « Écarts de conversion » dans les capitaux propres et au poste « Intérêts minoritaires » pour la part revenant aux tiers, de manière à neutraliser l’incidence sur le résultat consolidé ;

•   les écarts de change sur flux de financement réciproques sont, quant à eux, classés dans une rubrique distincte du tableau des flux de trésorerie consolidés.

Les comptes consolidés sont établis en euros et les états financiers sont présentés en milliers d’euros.

2.2    Référentiel comptable appliqué

NORMES, INTERPRÉTATIONS ET AMENDEMENTS APPLICABLES AU 1ER JANVIER 2022

Les normes, interprétations et amendements suivants parus au Journal Officiel de l’Union européenne à la date de clôture sont appliqués pour la première fois en 2022 :

Norme/Interprétation       Date d’application obligatoire
Amendements à IAS 16   Produit antérieur à l’utilisation prévue   1er janvier 2022
Amendements à IAS 37   Contrats déficitaires – Coûts d’exécution des contrats   1er janvier 2022
Amendements à IFRS 3   Référence au cadre conceptuel   1er janvier 2022
Améliorations annuelles (cycle 2018-2020) des normes IFRS   Normes concernées : IFRS 1, IFRS 9, IFRS 16 et IAS 41   1er janvier 2022

La première application de ces normes, interprétations et amendements n’a pas eu d’impact matériel sur les comptes du Groupe.

NORMES, INTERPRÉTATIONS ET AMENDEMENTS APPLICABLES PAR ANTICIPATION SUR OPTION

Le Groupe n’a pas appliqué par anticipation les normes, interprétations et amendements dont l’application n’est pas obligatoire au 31 décembre 2022 ou qui n’ont pas encore été adoptés par l’Union européenne.

INFORMATIONS SPÉCIFIQUES AUX CONSÉQUENCES DU CONFLIT ENTRE L’UKRAINE ET LA RUSSIE ET DE L’ENVIRONNEMENT MACROÉCONOMIQUE

Le Groupe ne réalise aucune opération en Ukraine ou en Russie et ne dispose d’aucun actif sur ce territoire. En outre, il ne s’approvisionne pas auprès de fournisseurs ukrainiens ou russes. À ce jour, le Groupe ne recense aucune exposition directe à ce risque.

Dans un contexte géopolitique et économique incertain, les états financiers sont affectés par la pression inflationniste mondiale, entraînant, au travers des actions des banques centrales pour maîtriser les anticipations d’inflation, une forte hausse des taux d’intérêt sur l’année 2022, qui a pour principales conséquences :

•   une hausse des coûts moyens pondérés du capital retenus pour les tests de perte de valeur sur les écarts d’acquisition (cf. note 4.2)

•   une hausse de la juste valeur des instruments financiers utilisés par le Groupe pour couvrir son endettement souscrit à taux variable (cf. note 4.5) ;

•   une hausse des taux d’actualisation réels au titre des hypothèses actuarielles retenues pour les engagements liés au personnel, expliquant principalement la baisse des engagements sur l’année 2022 (cf. note 4.12).

Note 3. Périmètre de consolidation

 

Principes comptables

Le Groupe applique les normes relatives au périmètre de consolidation IFRS 10, 11 et 12 ainsi qu’IAS 28 amendée.

Intégration globale

Toutes les sociétés dans lesquelles Rubis exerce le contrôle, c’est-à-dire dans lesquelles il a le pouvoir de diriger les politiques financière et opérationnelle afin d’obtenir des avantages de leurs activités, sont consolidées par intégration globale.

Le contrôle défini par la norme IFRS 10 est fondé sur les trois critères suivants à remplir simultanément afin de conclure à l’exercice du contrôle par la société mère :

•  la société mère détient le pouvoir sur la filiale lorsqu’elle a des droits effectifs qui lui confèrent la capacité actuelle de diriger les activités pertinentes, à savoir les activités ayant une incidence importante sur les rendements de la filiale. Le pouvoir peut être issu de droits de vote (existants et/ou potentiels) et/ou d’accords contractuels. L’appréciation de la détention du pouvoir dépend de la nature des activités pertinentes de la filiale, du processus de décision en son sein et de la répartition des droits des autres actionnaires de la filiale ;

•  la société mère est exposée ou a droit à des rendements variables en raison de ses liens avec la filiale qui peuvent varier selon la performance de celle-ci ;

•  la société mère a la capacité d’exercer son pouvoir afin d’influer sur les rendements.

Partenariats

Dans un partenariat, les parties sont liées par un accord contractuel leur conférant le contrôle conjoint de l’entreprise. L’existence d’un contrôle conjoint est déterminée dans le cas où les décisions concernant les activités pertinentes requièrent le consentement unanime des parties qui contrôlent collectivement l’entreprise.

Les partenariats sont classés en deux catégories :

•  les entreprises communes : il s’agit de partenariats dans lesquels les parties qui exercent un contrôle conjoint sur l’entreprise ont directement des droits sur les actifs et des obligations au titre des passifs liés, relatifs à celle-ci. Les entreprises communes sont comptabilisées selon les intérêts détenus par le Groupe dans les actifs et passifs de chaque entreprise commune ;

•  les coentreprises : il s’agit de partenariats dans lesquels les parties qui exercent un contrôle conjoint sur l’entreprise ont des droits sur l’actif net de celle-ci. Le Groupe comptabilise ses coentreprises selon la méthode de la mise en équivalence conformément à la norme IAS 28.

3.1   Périmètre de consolidation

Les états financiers consolidés de l’exercice clos le 31 décembre 2022 regroupent les états financiers de Rubis SCA et des filiales listées dans le tableau de la note 12.

 

3.2   Variations du périmètre de consolidation

Les variations du périmètre de consolidation concernent les regroupements d’entreprises au sens d’IFRS 3 et les acquisitions de groupes d’actifs.

Seules les transactions les plus significatives sont détaillées ci-après.

ACQUISITION DE PHOTOSOL FRANCE

Le 14 avril 2022, Rubis a finalisé l’acquisition de 80 % de Photosol (France), l’un des leaders indépendants de l’énergie photovoltaïque en France. Cette acquisition constitue le socle du développement des activités du Groupe dans les énergies renouvelables, aux côtés de ses activités historiques de Distribution d’énergies via Rubis Énergie et ses filiales (Distribution et Support & Services) et de Stockage de produits liquides via la JV Rubis Terminal.

Photosol (France) est l’un des principaux producteurs indépendants d’électricité renouvelable en France, avec une capacité de 384 MWc en opération, 119 MWc en construction, un portefeuille de projets de plus de 3,5 GWc à fin décembre 2022, et compte 112 collaborateurs en France. Conservant une participation de 20 %, les fondateurs et dirigeants de Photosol restent engagés dans le développement de l’entreprise.

La transaction répond à la définition de regroupement d’entreprises telle qu’elle est prévue dans IFRS 3 « Regroupements d’entreprises » et est comptabilisée dans les états financiers consolidés depuis le 1er avril 2022 (le décalage de date étant sans impact matériel au 31 décembre 2022).

Le montant décaissé par Rubis s’élève à 341 millions d’euros. Le prix d’acquisition des titres Photosol sur une base 100 % s’élève à 439 millions d’euros. Par ailleurs, Rubis a remboursé pour 42 millions d’euros un compte courant détenu par les fondateurs sur l’une des entités Photosol.

ACTIFS IDENTIFIABLES ACQUIS ET PASSIFS REPRIS

Le tableau suivant récapitule les actifs acquis et les passifs repris comptabilisés sur une base provisoire à la date d’acquisition :

Contribution à la date d’entrée en périmètre sur une base 100 % (en milliers d’euros)   01/04/2022
Actif immobilisé (dont droits d’utilisation)   414 888
Autres actifs financiers   31 770
Stocks   1 428
Clients, autres débiteurs et autres actifs   26 818
Actifs identifiés   474 904
Dettes financières nettes (dont obligations locatives)   (441 976)
Intérêts minoritaires   11 017
Provisions   (9 496)
Impôts différés passifs   (18 718)
Compte courant passif   (42 347)
Fournisseurs, autres créditeurs et autres passifs   (74 966)
Passifs repris   (576 486)
Actif net repris sur une base 100 %   (101 582)

Le Groupe a procédé à l’identification des actifs identifiables acquis et passifs repris à la date de transaction. Les principaux éléments reconnus dans le cadre du regroupement d’entreprises sont :

•   un actif incorporel de 40 millions d’euros reconnu au titre des contrats d’achat d’électricité à longue durée conclus à un prix fixe contractuel avec les distributeurs d’électricité. Cet actif incorporel a été évalué à la juste valeur par l’approche intrinsèque directe (la méthode DCF) ;

•   des instruments dérivés de couverture de taux évalués à la juste valeur et inscrits en « Autres actifs financiers » pour 27 millions d’euros

Les montants décrits ci-dessus ont été évalués sur une base provisoire et reflètent les résultats préliminaires des travaux d’évaluation réalisés par Rubis avec l’aide d’un expert en évaluation indépendant.

ÉCART D’ACQUISITION

Conformément à IFRS 3, le Groupe peut évaluer les participations ne donnant pas le contrôle, soit à la juste valeur (méthode du goodwill complet), soit à hauteur de la quote-part dans l’actif net identifiable de la société acquise (méthode du goodwill partiel). Dans le cadre de l’acquisition de Photosol, le Groupe a opté pour la méthode du goodwill complet. L’écart d’acquisition s’élève à 541 millions d’euros et correspond essentiellement à la capacité du Groupe à réaliser le portefeuille de projets identifiés à la date d’acquisition.

Les intérêts minoritaires s’élèvent à 87 millions d’euros au 1er avril 2022.

OPTION DE RACHAT SUR PARTICIPATIONS NE DONNANT PAS LE CONTRÔLE

Enfin, dans le cadre de la transaction, le Groupe (via sa filiale Rubis Renouvelables) s’est engagé à racheter l’ensemble des actions ordinaires détenues par les fondateurs en deux temps : 50 % en 2027 et 50 % en 2028. Cette option de rachat est comptabilisée comme une dette en retenant la valeur future actualisée du prix d’achat des actions Rubis Photosol fin décembre 2026 et fin décembre 2027 (valeur d’entreprise – dette financière nette). La juste valeur ainsi déterminée à la date d’acquisition s’élève à 82 millions d’euros constatés en « Autres passifs long terme », par contrepartie d’une diminution des intérêts minoritaires présentés dans les capitaux propres totaux.

Le groupe Photosol contribue aux résultats du Groupe à compter du 1er avril 2022.

Contribution au résultat (en milliers d’euros)   31/12/2022
(9 mois)
Chiffre d’affaires   32 558
Résultat brut d’exploitation   17 717
Résultat opérationnel courant   (849)
Autres produits et charges opérationnels*   (22 475)
Coût de l’endettement financier net   (7 297)
Impôt sur les sociétés   2 826
Résultat net total   (25 860)
Résultat net part du Groupe   (20 444)
* En lien principalement avec l’acquisition.

Note 4. Notes annexes au bilan

 

4.1   Immobilisations corporelles et droits d’utilisation

4.1.1   IMMOBILISATIONS CORPORELLES

Principes comptables

La valeur brute des immobilisations corporelles correspond à leur coût d’acquisition.

Les frais d’entretien et de réparation sont enregistrés en charges dès qu’ils sont encourus, sauf ceux engagés pour la prolongation de la durée d’utilité du bien, notamment lors d’arrêts pour grand entretien, alors inscrits en immobilisations et amortis sur la période séparant deux arrêts.

L’amortissement est calculé selon la méthode linéaire sur la durée d’utilisation estimée des différentes catégories d’immobilisations, soit :

    Durée
Constructions   10 à 40 ans
Installations complexes   10 à 20 ans
Matériel et outillage   5 à 30 ans
Matériel de transport   4 à 5 ans
Agencements et installations   10 ans
Matériel, mobilier de bureau   5 à 10 ans

Les durées d’amortissement résultent des natures distinctes des immobilisations corporelles au sein des différentes activités, notamment les constructions, les installations complexes et le matériel ou outillage.

Les coûts d’emprunts sont inclus dans le coût des immobilisations lorsqu’ils sont significatifs.

Au 31 décembre 2022, aucun indice de perte de valeur n’a été identifié.

Valeurs brutes
(en milliers d’euros)
31/12/2021 Variations
de périmètre
Acquisitions Diminutions Reclassements Écarts de
conversion
31/12/2022
Autres immobilisations corporelles 313 136 1 566 21 132 (4 511) 7 942 (3 829) 335 436
Avances et acomptes sur immobilisations
corporelles
4 687   2 856 (2 432) (1 534) (56) 3 521
Immobilisations en cours 177 842 71 028 106 569 (156) (137 293) (1 131) 216 859
Installations techniques, matériel et outillage 1 779 667 165 76 180 (32 595) 65 834 19 772 1 909 023
Terrains et constructions 585 930 332 251 17 401 (3 518) 56 490 (8 459) 980 095
TOTAL 2 861 262 405 010 224 138 (43 212) (8 561) 6 297 3 444 934
Amortissements
(en milliers d’euros)
31/12/2021 Variations
de périmètre
Augmentations Diminutions Reclassements Écarts de
conversion
31/12/2022
Autres immobilisations corporelles (165 125) (512) (16 392) 3 923 108 2 521 (175 477)
Installations et matériel (1 159 066) (55) (84 321) 30 170 (58) (12 452) (1 225 782)
Terrains et constructions (268 606) (87 598) (28 584) 2 790 (832) 1 460 (381 370)
TOTAL (1 592 797) (88 165) (129 297) 36 883 (782) (8 471) (1 782 629)
VALEURS NETTES 1 268 465 316 845 94 841 (6 329) (9 343) (2 174) 1 662 305

Les variations de périmètre concernent principalement l’acquisition de Photosol.

 

4.1.2   DROITS D’UTILISATION (IFRS 16)

 

Principes comptables

La norme IFRS 16 définit le droit d’utilisation relatif à un contrat de location comme étant un actif qui représente le droit du preneur d’utiliser le bien sous-jacent pour une période donnée. Ce droit d’utilisation est reconnu par le Groupe à la date de prise d’effet du contrat de location (dès la mise à disposition de l’actif).

Les exemptions suivantes offertes par la norme ont été retenues par le Groupe :

•  les contrats avec une durée de location inférieure à 12 mois ne donnent pas lieu à la comptabilisation d’un actif et d’une dette ;

•  les contrats relatifs aux actifs de faible valeur ont été exclus.

Les taux d’actualisation utilisés pour la valorisation des droits d’utilisation sont déterminés à partir du taux d’emprunt marginal du secteur d’activité dans lequel opère le Groupe, auquel est ajouté un spread pour tenir compte des environnements économiques spécifiques à chaque pays. Ces taux sont définis en fonction de la durée d’utilisation des actifs.

Le droit d’utilisation est évalué à son coût et comprend :

•  le montant initial de l’obligation locative ;

•  les paiements d’avance faits au bailleur nets, le cas échéant, des avantages reçus du bailleur ;

•  les coûts directs initiaux significatifs encourus par le preneur pour la conclusion du contrat, correspondant aux coûts qui n’auraient pas été encourus si le contrat n’avait pas été conclu ;

•  une estimation des coûts de démantèlement ou de remise en état du bien loué selon les termes du contrat le cas échéant.

L’amortissement est comptabilisé en charge au compte de résultat selon le mode linéaire sur la durée du contrat de location. Le droit d’utilisation fait l’objet d’une dépréciation s’il existe un indice de perte de valeur.

La durée de location du contrat correspond à la période non résiliable du contrat pendant laquelle le preneur a le droit d’utiliser l’actif sous-jacent, après prise en compte des options de renouvellement ou de résiliation que le preneur est raisonnablement certain d’exercer.

Les immobilisations financées au moyen de contrats de location-financement sont présentées à l’actif en « Droits d’utilisation ». La dette correspondante est inscrite en « Obligation locative ».

Valeurs brutes
(en milliers d’euros)
31/12/2021 Variations
de périmètre
Acquisitions Diminutions Écarts de
conversion
31/12/2022
Autres immobilisations corporelles 904 9 253 (2) 4 1 168
Matériel de transport 42 847 51 16 580 (22 395) 1 874 38 957
Installations techniques, matériel et outillage 17 887   6 580   (1 665) 22 802
Terrains et constructions 181 419 51 300 18 935 (4 517) (3 265) 243 872
TOTAL 243 057 51 360 42 348 (26 914) (3 052) 306 799
Amortissements
(en milliers d’euros)
31/12/2021 Variations de
périmètre
Augmentations Diminutions Écarts de
conversion
31/12/2022
Autres immobilisations corporelles (207)   (239) 2 (1) (445)
Matériel de transport (27 575)   (12 221) 22 290 (1 301) (18 807)
Installations techniques, matériel et outillage (7 327)   (2 412)   290 (9 449)
Terrains et constructions (41 660)   (18 400) 1 841 1 869 (56 350)
TOTAL (76 769)   (33 272) 24 133 857 (85 051)
VALEURS NETTES 166 288 51 360 9 076 (2 781) (2 195) 221 748

Les variations de périmètre concernent principalement l’acquisition de Photosol.

4.2   Écarts d’acquisition

Principes comptables

Regroupements d’entreprises antérieurs au 1er janvier 2010

Les regroupements d’entreprises réalisés avant le 1er janvier 2010 ont été comptabilisés selon la norme IFRS 3 avant sa révision applicable à partir de cette même date. Ces regroupements n’ont pas été retraités, IFRS 3 révisée étant d’application prospective.

Lors de la première consolidation d’une entreprise contrôlée exclusivement, les actifs, passifs et passifs éventuels ont été évalués à leur juste valeur conformément aux prescriptions des normes IFRS. Les écarts d’évaluation dégagés à cette occasion ont été comptabilisés dans les actifs et passifs concernés, y compris pour la part des minoritaires et non seulement pour la quote-part des titres acquis. L’écart résiduel représentatif de la différence entre le coût d’acquisition et la quote-part de l’acquéreur dans les actifs nets évalués à leur juste valeur, a été comptabilisé en goodwill lorsqu’il était positif et en résultat dans la rubrique « Autres produits et charges opérationnels » lorsqu’il était négatif (badwill).

Regroupements d’entreprises postérieurs au 1er janvier 2010

Les normes IFRS 3 révisée et IAS 27 amendée modifient les principes comptables applicables aux regroupements d’entreprises réalisés après le 1er janvier 2010.

Les principales modifications ayant un impact sur les comptes consolidés du Groupe sont :

•  la comptabilisation en charges des coûts directs liés à l’acquisition ;

•  la réévaluation à la juste valeur par résultat des participations détenues antérieurement à la prise de contrôle, dans le cas d’une acquisition par achats successifs de titres ;

•  la possibilité d’évaluer, au cas par cas, les intérêts minoritaires soit à la juste valeur soit à la part proportionnelle dans l’actif net identifiable ;

•  la comptabilisation à la juste valeur des compléments de prix à la date de prise de contrôle, les ajustements éventuels ultérieurs étant comptabilisés en résultat s’ils interviennent en dehors du délai d’affectation ;

•  les corrections de prix constatées sur les acquisitions réalisées par le Groupe sont présentées en flux de trésorerie liés aux activités d’investissement au même titre que le prix initial.

En application de la méthode de l’acquisition, le Groupe comptabilise à la date de prise de contrôle les actifs acquis et passifs repris identifiables à leur juste valeur. Il dispose alors d’un délai maximal de 12 mois à compter de la date d’acquisition pour finaliser la comptabilisation du regroupement d’entreprises considéré. Au-delà de ce délai, les ajustements de juste valeur des actifs acquis et passifs repris sont comptabilisés directement en résultat.

L’écart d’acquisition est déterminé par différence entre, d’une part, la contrepartie transférée (principalement le prix d’acquisition et le complément de prix éventuel hors frais d’acquisition) et le montant des intérêts minoritaires et, d’autre part, la juste valeur des actifs acquis et passifs repris. Cet écart est inscrit à l’actif du bilan consolidé lorsqu’il est positif et en résultat dans la rubrique « Autres produits et charges opérationnels » lorsqu’il est négatif (badwill).

Suite à la mise en place d’IFRS 3 révisée, une option existe pour l’évaluation des intérêts minoritaires à la date d’acquisition : soit pour la quote-part qu’ils représentent dans l’actif net acquis (méthode du goodwill partiel), soit pour leur juste valeur (méthode du goodwill complet). L’option est exerçable au cas par cas lors de chaque regroupement d’entreprises.

Dans le cadre de l’affectation des écarts d’acquisition dégagés lors des différents regroupements d’entreprises, les groupes d’unités génératrices de trésorerie (UGT) retenus par Rubis sont :

•  l’activité Distribution (Europe) ;

•  l’activité Distribution (Afrique) ;

•  l’activité Distribution (Caraïbes) ;

•  l’activité Support & Services ;

•  l’activité Production d’électricité photovoltaïque.

Cette allocation est calquée sur l’organisation de la Direction Générale des opérations du Groupe et sur le reporting interne permettant, outre le pilotage de l’activité, le suivi du retour sur capitaux employés, i.e., le niveau le plus bas auquel le goodwill est suivi pour des besoins de gestion interne.

Dépréciation des écarts d’acquisition

Les goodwill font l’objet d’un test de perte de valeur, conformément aux dispositions de la norme IAS 36 « Dépréciation des actifs », au moins une fois par an ou plus fréquemment s’il existe des indices de perte de valeur. Les tests annuels sont effectués au cours du quatrième trimestre.

Le test de perte de valeur consiste à comparer la valeur recouvrable et la valeur nette comptable de l’UGT ou du groupe d’UGT, y compris le goodwill. Une UGT est un ensemble homogène d’actifs (ou groupe d’actifs) dont l’utilisation continue génère des entrées de trésorerie largement indépendantes des entrées de trésorerie générées par d’autres groupes d’actifs.

La valeur recouvrable est la valeur la plus élevée entre la juste valeur diminuée des coûts de cession et la valeur d’utilité.

La valeur d’utilité est déterminée sur la base des valeurs actualisées des flux de trésorerie attendus.

La juste valeur diminuée des coûts de cession correspond au montant qui pourrait être obtenu de la vente de l’actif (ou groupe d’actifs), dans des conditions de concurrence normale, diminué des coûts directement liés à la cession.

Lorsque la valeur recouvrable est inférieure à la valeur nette comptable de l’actif (ou groupe d’actifs), une perte de valeur est enregistrée en résultat pour le différentiel et est imputée en priorité sur les goodwill.

Ces pertes de valeur imputées sur le goodwill sont irréversibles.

(en milliers d’euros) 31/12/2021 Variations de
périmètre
Écarts de
conversion
Dépréciation 31/12/2022
Activité Distribution (Europe) 274 943   3 121   278 064
Activité Distribution (Afrique) 531 474   (8 026)   523 448
Activité Distribution (Caraïbes) 313 970   (9 376) (40 000) 264 594
Activité Support & Services 111 248   906   112 154
Activité Production d’électricité photovoltaïque   540 910     540 910
ÉCARTS D’ACQUISITION 1 231 635 540 910 (13 375) (40 000) 1 719 170

Les variations de périmètre correspondent à l’acquisition de Photosol.

Tests de dépréciation au 31 décembre 2022

Les valeurs recouvrables ont été déterminées sur la base du calcul de la valeur d’utilité.

Pour l’activité Distribution :

•   les calculs des valeurs d’utilité reposent sur des projections de flux de trésorerie sur la base de budgets financiers, pour l’exercice 2023, et de projections à moyen terme approuvés en fin d’exercice par la Direction. La durée de projection retenue par le management est généralement trois ans. Dans de rares cas, le Groupe a identifié des circonstances qui requièrent de considérer des durées de projection plus longues. En Afrique de l’Est, la durée des plans d’affaires a été portée à six ans pour tenir compte de l’horizon nécessaire, suite à la pandémie mondiale liée à la Covid, pour achever la rénovation du réseau acquis en 2019. De même, à Haïti, le contexte économique, politique et sécuritaire a amené le management à porter la durée du plan d’affaires à six ans ;

•   les principales hypothèses formulées concernent les volumes traités et les marges unitaires. Les flux de trésorerie sont extrapolés en appliquant généralement un taux de croissance de 2 %.

Pour l’activité Production d’électricité photovoltaïque :

•   la valeur d’utilité repose sur des projections de flux de trésorerie d’une durée de 35 ans, sur la base du plan d’affaires établi par le management, intégrant les SPV en opération et le portefeuille de projets existants et futurs ;

•   les principales hypothèses sont le prix de revente de l’électricité, les taux d’actualisation, ainsi que la capacité de la Société à générer de nouveaux projets.

Le taux d’actualisation retenu, qui repose sur le concept du coût moyen pondéré du capital (encore appelé « WACC »), reflète les appréciations actuelles du marché de la valeur temps de l’argent et les risques spécifiques à chaque UGT ou groupe d’UGT.

Les taux d’actualisation pondérés utilisés sont les suivants :

Groupe d’UGT   Taux 2022   Taux 2021
Activité Distribution (Europe)   5,7 %   4,6 %
Activité Distribution (Afrique)   12,0 %   9,2 %
Activité Distribution (Caraïbes)   10,3 %   7,6 %
Activité Support & Services   12,1 %   6,5 %
Activité Production d’électricité photovoltaïque   8,5 %    

Les taux d’actualisation présentés ont été déterminés en retenant le résultat brut d’exploitation 2023 de chaque pays comme base de la pondération pour l’UGT.

Une perte de valeur de 40 millions d’euros a été constatée au 31 décembre 2022 reflétant les difficultés opérationnelles rencontrées par le Groupe à Haïti compte tenu de l’environnement politique, économique et sécuritaire du pays qui affecte l’ensemble des secteurs d’activité. La valeur recouvrable au 31 décembre 2022 a été déterminée sur la base de la valeur d’utilité. La valeur d’utilité est basée sur les flux de trésorerie attendus. Compte tenu de la situation actuelle et des incertitudes liées, la période de plans d’affaires a été portée à 6 ans et les flux de trésorerie ont été actualisés à un taux de 17,4 %. Un décalage d’un an dans les projections de flux de trésorerie, sans modification des hypothèses financières, aurait un impact de l’ordre de 15 millions d’euros sur le montant de la dépréciation. Par ailleurs, une hausse de 1 % du taux d’actualisation et une baisse de 1 % du taux de croissance auraient respectivement un impact de 10 et 5 millions d’euros sur le montant de la dépréciation.

 

Sensibilité des valeurs recouvrables au 31 décembre 2022

Pour l’activité Distribution, hors UGT Haïti, une hausse de 1 % du taux d’actualisation ou une baisse de 1 % du taux de croissance ne générerait pas de dépréciation des écarts d’acquisition au 31 décembre 2022.

De même, une baisse de 5 % des flux futurs actualisés ne remet pas en cause les conclusions des tests au 31 décembre 2022.

Pour l’activité Production d’électricité photovoltaïque, les analyses de sensibilité aux courbes de prix et au taux d’actualisation excluent le risque de dépréciation du goodwill Photosol au 31 décembre 2022.

4.3   Immobilisations incorporelles

Principes comptables

Les immobilisations incorporelles sont comptabilisées à leur coût d’acquisition.

Les immobilisations incorporelles à durée définie sont amorties selon le mode linéaire sur des périodes qui correspondent à la durée d’utilisation prévue et sont soumises à un test de perte de valeur chaque fois que les événements ou changements de circonstances indiquent que les valeurs comptables pourraient ne pas être recouvrables.

Conformément à la norme IFRS 15, les coûts d’obtention de contrats liés à la distribution de GPL en France sont inscrits à l’actif en « Autres immobilisations incorporelles » et amortis sur la durée de vie moyenne observée pour les contrats correspondants (10 ans).

Une immobilisation incorporelle résultant du développement (ou de la phase de développement d’un projet interne) peut être comptabilisée si, et seulement si, les critères définis par IAS 38.57 sont remplis. Sur la branche Production d’électricité renouvelable, les coûts de développement, directs et indirects, externes ou internes, sont immobilisés à partir du moment où le succès des projets correspondant est probable et les autres critères de la norme IAS 38 respectés. Le Groupe considère que ces critères sont remplis au moment où un projet rentre dans le portefeuille de développement, c’est-à-dire lorsque les éléments contractuels et les études techniques indiquent que la faisabilité d’un projet est probable. Lorsque les conditions pour la comptabilisation d’une immobilisation générée en interne ne sont pas remplies, les dépenses liées au développement de projets sont comptabilisées en charges durant l’exercice au cours duquel elles sont encourues. La capitalisation des coûts prend fin à la mise en service industrielle de la centrale.

Conformément à IAS 36 « Dépréciation d’actifs », le Groupe examine à la fin de chaque période de présentation de l’information financière s’il existe un indice de perte de valeur sur les actifs incorporels à durée d’utilité déterminée et les immobilisations incorporelles en cours. S’il existe de tels indices, le Groupe effectue un test de perte de valeur afin d’évaluer si la valeur comptable de l’actif est supérieure à sa valeur recouvrable, définie comme la valeur la plus élevée entre la juste valeur diminuée des coûts de transaction et la valeur d’utilité.

Au 31 décembre 2022, aucun indice de perte de valeur n’a été identifié.

Valeurs brutes
(en milliers d’euros)
31/12/2021 Variations de périmètre Acquisitions Diminutions Reclassements Écarts de conversion 31/12/2022
Autres concessions,brevets,
droits similaires et coûts
de développement
26 437 5 908 3 659 (190) (511) (176) 35 127
Droit au bail 2 404     (80)   (95) 2 229
Autres immobilisations incorporelles 32 161 41 320 3 768 (303) 149 89 77 184
TOTAL 61 002 47 228 7 427 (573) (362) (182) 114 540
Amortissements
(en milliers d’euros)
31/12/2021 Variations de périmètre Augmentations Diminutions Reclassements Écarts de
conversion
31/12/2022
Autres concessions, brevets et droits similaires (12 655) (221) (1 270) 42 9 228 (13 867)
Autres immobilisations incorporelles (16 773) (324) (4 048) 303   (54) (20 896)
TOTAL (29 428) (545) (5 318) 345 9 174 (34 763)
VALEURS NETTES 31 574 46 683 2 109 (228) (353) (8) 79 777

Les variations de périmètre concernent principalement l’acquisition de Photosol.

À l’occasion de l’acquisition de Photosol (France), le Groupe a reconnu, conformément à IFRS 3, les incorporels suivants :

•   coûts de développement pour 5,9 millions d’euros : concerne les dépenses liées au développement des projets de production d’énergies renouvelables, activité portée par Rubis Renouvelables ;

•   actif incorporel de 40 millions d’euros reconnu au titre des contrats d’achat d’électricité à longue durée conclus à un prix fixe contractuel avec les distributeurs d’électricité.

4.4   Participation dans les entreprises associées

Les informations concernant les participations ne donnant pas le contrôle, les participations dans les entreprises communes et les participations dans les coentreprises sont données dans les notes 7 à 9 de la présente annexe.

4.5  Actifs financiers

Principes comptables

L’évaluation et la comptabilisation des actifs financiers sont définis par la norme IFRS 9 « Instruments financiers ».

Classification et évaluation

Les actifs financiers sont comptabilisés dans le bilan du Groupe lorsqu’il devient partie aux dispositions contractuelles de l’instrument.

La classification proposée par IFRS 9 détermine la façon dont les actifs sont comptabilisés ainsi que leur méthode d’évaluation. Le classement des actifs financiers est fonction de deux critères cumulatifs : le modèle de gestion qui est appliqué à l’actif et les caractéristiques de ses flux de trésorerie contractuels.

En fonction de l’analyse combinatoire des deux critères, la norme IFRS 9 distingue trois catégories d’actifs financiers, dont l’évaluation et le traitement comptable sont spécifiques à la catégorie concernée :

•  soit les actifs financiers sont évalués au coût amorti ;

•  soit les actifs financiers sont évalués à la juste valeur en contrepartie des autres éléments du résultat global ;

•  soit les actifs financiers sont évalués à la juste valeur par le biais du compte de résultat.

Les actifs financiers au coût amorti comprennent principalement les obligations et titres de créances négociables, les prêts et les créances.

Les actifs financiers évalués à la juste valeur par autres éléments du résultat global comprennent principalement les titres de participation, anciennement classés en titres disponibles à la vente.

Les actifs financiers évalués à la juste valeur par résultat comprennent les disponibilités, les Sicav et autres fonds.

Le Groupe a utilisé la hiérarchie de juste valeur de la norme IFRS 7 pour déterminer le niveau de classement des actifs financiers :

•  niveau 1 : prix cotés sur des marchés actifs pour des actifs ou des passifs identiques ;

•  niveau 2 : utilisation de données autres que les prix cotés visés au niveau 1, qui sont observables pour l’actif ou le passif concerné, soit directement soit indirectement ;

•  niveau 3 : utilisation de données relatives à l’actif ou au passif qui ne sont pas basées sur des données observables de marché.

Dépréciation des actifs financiers

La norme IFRS 9 introduit un modèle de dépréciation fondé sur les pertes attendues.

Évaluation et comptabilisation des instruments dérivés

Le Groupe utilise des instruments financiers dérivés afin de gérer son exposition aux fluctuations des taux d’intérêt, des cours de change en devises étrangères et des prix de matière première. Dans le cadre de sa politique de couverture, le Groupe a recours à des swaps, des caps et des floors. Les instruments dérivés utilisés par le Groupe sont évalués à leur juste valeur. Sauf exception détaillée ci-dessous, la variation de juste valeur des instruments dérivés est toujours enregistrée en résultat.

Les instruments dérivés peuvent être désignés comme instruments de couverture dans une relation de couverture de juste valeur ou de flux futurs de trésorerie :

•  une couverture de juste valeur permet de couvrir le risque de variation de valeur de tout élément d’actif ou de passif, du fait de l’évolution des taux de change ;

•  une couverture de flux de trésorerie futurs permet de couvrir des variations de valeur des flux futurs de trésorerie attachés à des actifs ou des passifs existants ou futurs.

Seule la couverture de flux de trésorerie est appliquée par le Groupe.

La comptabilité de couverture est applicable si :

•  la relation de couverture est clairement définie et documentée à la date de sa mise en place ;

•  l’efficacité de la relation de couverture est démontrée dès son origine et tant qu’elle perdure.

L’application de la comptabilité de couverture des flux de trésorerie a pour conséquence que la partie efficace de la variation de juste valeur de l’instrument de couverture est enregistrée directement dans les autres éléments du résultat global. La variation de la valeur de la part inefficace est comptabilisée en résultat dans la rubrique « Autres produits et charges financiers ». Les montants enregistrés dans les autres éléments du résultat global sont recyclés au compte de résultat pendant les périodes au cours desquelles les flux de trésorerie couverts affectent le résultat.

Répartition des actifs financiers par classes (IFRS 7)       Valeur au bilan   Juste valeur
et par catégories (IFRS 9)                    
(en milliers d’euros)   Note   31/12/2022   31/12/2021   31/12/2022   31/12/2021
Coût amorti       846 658   692 071   846 658   692 071
Autres créances rattachées à des participations (long terme)   4.5.1   17 711   18 550   17 711   18 550
Prêts, dépôts et cautionnements (long terme)   4.5.1   47 847   39 641   47 847   39 641
Prêts, dépôts et cautionnements (court terme)   4.5.2   1 137   994   1 137   994
Créances clients et autres débiteurs   4.5.4   770 421   622 478   770 421   622 478
Autres actifs long terme   4.5.3   9 542   10 408   9 542   10 408
Juste valeur en contrepartie des autres éléments du résultat global       139 524   78 260   139 524   78 260
Titres de participation   4.5.1   63 308   74 291   63 308   74 291
Instruments dérivés non courants   4.5.1   75 770       75 770    
Instruments dérivés courants   4.5.2   446   3 969   446   3 969
Juste valeur par résultat       804 907   874 890   804 907   874 890
Trésorerie et équivalents de trésorerie   4.5.5   804 907   874 890   804 907   874 890
TOTAL ACTIFS FINANCIERS       1 791 089   1 645 221   1 791 089   1 645 221

Juste valeur des instruments financiers par niveau (IFRS 7)

Les titres de participation Hydrogène de France, société cotée, sont en niveau 1.

Les titres de participation non cotés et autres actifs financiers disponibles à la vente sont considérés être de niveau 3 (données non observables).

La juste valeur des instruments dérivés est déterminée à l’aide de modèles de valorisation basés sur des données observables (niveau 2).

La trésorerie et les équivalents de trésorerie sont détaillés au paragraphe 4.5.5 de la présente annexe. Ils sont de niveau 1, à l’exception des dépôts à terme pour 40 millions d’euros classés en niveau 2.

4.5.1   ACTIFS FINANCIERS NON COURANTS

Les autres actifs financiers comprennent notamment les titres de participation, les autres créances rattachées à des participations à plus d’un an, les titres immobilisés, les prêts à plus d’un an, les dépôts et cautionnements versés à plus d’un an et la part à plus d’un an des valeurs mobilières n’entrant pas dans la catégorie des équivalents de trésorerie.

Valeurs brutes
(en milliers d’euros)
  31/12/2022   31/12/2021
Titres de participation   92 565   89 511
Autres créances rattachées à des participations   17 711   18 550
Prêts, dépôts et cautionnements versés   49 455   41 289
Juste valeur des instruments financiers   75 770    
TOTAL DES AUTRES ACTIFS FINANCIERS   235 501   149 350
Dépréciation   (30 865)   (16 868)
VALEURS NETTES   204 636   132 482

Les titres de participation correspondent essentiellement :

•   à la participation à hauteur de 18,5 % dans la société Hydrogène de France (HDF Energy) souscrite en 2021 pour un montant total de 78,6 millions d’euros ;

•   aux participations minoritaires détenues par Rubis Energia Portugal dans plusieurs entités au Portugal ;

•   aux participations minoritaires détenues par la raffinerie SARA dans des projets de diversification ;

•   aux parts de GIE détenues par la société Rubis Antilles Guyane.

Les autres créances rattachées à des participations incluent essentiellement les avances faites à des GIE ou entreprises communes.

Les prêts, dépôts et cautionnements versés correspondent à hauteur de 31 millions d’euros à un prêt en USD, remboursable en 2025, accordé par la filiale RWIL Suriname à l’État surinamais. Les autres éléments inscrits dans ce compte correspondent essentiellement à des avances faites à certains distributeurs travaillant pour le Groupe, à des dépôts de garantie prévus dans certains baux emphytéotiques et aux autres dépôts de garantie.

Les dépréciations intègrent à hauteur de 25,7 millions d’euros l’impact de l’évaluation à la juste valeur de la participation dans HDF Energy en raison de la baisse de son cours de bourse par rapport au prix de souscription à l’origine. La contrepartie est portée en autres éléments du résultat global.

La variation de la juste valeur des instruments financiers s’explique à hauteur de 62 millions d’euros par l’intégration de Photosol (France), soit 26 millions d’euros à la date d’entrée en périmètre et 36 millions d’euros au titre des réévaluations intervenues en date du 31 décembre 2022.

4.5.2   AUTRES ACTIFS COURANTS

Les autres actifs courants comprennent principalement des charges constatées d’avance ainsi que la part à moins d’un an des créances rattachées à des participations, des prêts et des dépôts et cautionnements versés, des avances et dépôts versés en vue de l’acquisition de nouvelles activités, des valeurs mobilières de placement qui ne peuvent pas être considérées comme de la trésorerie ou équivalents de trésorerie et des instruments de couverture à la juste valeur.

(en milliers d’euros)   31/12/2022   31/12/2021
Prêts, dépôts et cautionnements versés   1 137   994
Juste valeur des instruments financiers   446   3 969
Actifs financiers courants bruts   1 583   4 963
Dépréciation        
Actifs financiers courants nets   1 583   4 963
Charges constatées d’avance   19 886   18 463
Actifs courants   19 886   18 463
TOTAL AUTRES ACTIFS COURANTS   21 469   23 426

4.5.3   AUTRES ACTIFS LONG TERME

(en milliers d’euros)   De 1 à 5 ans   À plus de 5 ans
Autres créances (part à plus d’un an)   1 421   249
Charges constatées d’avance (part à plus d’un an)   7 872    
TOTAL   9 293   249

4.5.4   CLIENTS ET AUTRES DÉBITEURS (ACTIFS D’EXPLOITATION COURANTS)

Principes comptables

Les créances clients, dont les échéances sont généralement inférieures à un an, sont reconnues et comptabilisées pour le montant initial de la facture, déduction faite des dépréciations constatées à hauteur des montants non recouvrables. Une estimation du montant de créances douteuses est effectuée lorsqu’il n’est plus probable que la totalité de la créance pourra être recouvrée. Les créances irrécouvrables sont constatées en perte lorsqu’elles sont identifiées comme telles. Le Groupe utilise l’approche simplifiée d’IFRS 9 pour calculer les provisions relatives aux pertes attendues sur les créances commerciales. En raison du faible taux de pertes historiques enregistré par le Groupe, l’application du modèle de dépréciation des actifs financiers basé sur les pertes attendues n’a pas d’impact significatif pour le Groupe.

Rubis met en place dans certaines filiales des programmes de cessions de créances lui permettant de céder des créances commerciales et de recevoir un paiement en numéraire.

Les créances clients sont déconsolidées dès lors que le Groupe a transféré ses droits à recevoir des paiements au titre de l’actif ainsi que tous les risques et avantages attachés aux créances.

Lorsque les risques et avantages de l’actif n’ont pas été totalement transférés, les créances cédées restent inscrites à l’actif du bilan tandis que les financements reçus sont traités comme des dettes financières en échange des créances concernées.

Les clients et autres débiteurs comprennent les créances clients et comptes rattachés, les créances liées au personnel, les créances sur l’État et les autres créances d’exploitation.

Valeurs brutes
(en milliers d’euros)
  31/12/2022   31/12/2021
Créances clients et comptes rattachés   662 002   508 637
Créances liées au personnel   2 176   2 114
Créances sur l’État   83 299   62 780
Autres créances d’exploitation   54 357   75 183
TOTAL   801 834   648 714
Dépréciations
(en milliers d’euros)
31/12/2021 Variations
de périmètre
Dotations Reprises 31/12/2022
Créances clients et comptes rattachés 24 566 933 6 592 (5 312) 26 779
Autres créances d’exploitation 1 670 835 2 135 (6) 4 634
TOTAL 26 236 1 768 8 727 (5 318) 31 413

En 2022, les pertes sur créances sont demeurées stables et non matérielles.

Cession de créances

Au cours de l’année, Rubis a mis en place des programmes de cession de créances et d’affacturage, notamment en Martinique, au terme desquels la filiale cède des créances commerciales au factor ou à l’organisme financier en contrepartie de trésorerie. Certains programmes sont déconsolidants.

20 millions d’euros de créances ont été déconsolidées au 31 décembre 2022.

 

RAPPROCHEMENT AVEC LA VARIATION DU BFR AU TABLEAU DE FLUX DE TRÉSORERIE

Valeur nette au bilan 31/12/2022   770 421
Valeur nette au bilan 31/12/2021   622 478
Variation des clients et autres débiteurs au bilan   (147 943)
Incidence des variations de périmètre   25 874
Incidence des écarts de conversion   (18 205)
Incidence des reclassements de poste à poste   379
Incidence de la variation des autres actifs courants et des autres créances à plus d’un an   (2 788)
Variation des clients et autres débiteurs au TFT   (142 683)

4.5.5   TRÉSORERIE ET ÉQUIVALENTS DE TRÉSORERIE

Principes comptables

La trésorerie et les équivalents de trésorerie comprennent les comptes courants bancaires et les parts d’OPCVM qui sont mobilisables ou cessibles à très court terme (d’une durée inférieure à trois mois) et ne présentent pas de risque significatif de changement de valeur au regard des critères prévus par la norme IAS 7. Ces actifs sont comptabilisés à leur juste valeur par le biais du compte de résultat.

(en milliers d’euros)   31/12/2022   31/12/2021
OPCVM   24 737   23 920
Autres fonds   212 857   125 702
Intérêts à recevoir   591   246
Disponibilités   566 723   725 022
TOTAL   804 907   874 890

Au 31 décembre 2022, les disponibilités incluent, à hauteur de 83,8 millions d’euros, des fonds réservés à l’acquisition prioritaire de dollars par la filiale Ringardas située au Nigéria.

Risque sur actions

L’exposition du Groupe au risque sur actions porte principalement sur les titres HDF Energy acquis en 2021 (cf. note 4.5.1).

4.5.6 RISQUE DE CRÉDIT

Risque clients du Groupe

Il n’y a pas de client qui représente 10 % ou plus du chiffre d’affaires réalisé par le Groupe en 2022 ou en 2021.

L’exposition maximale au risque de crédit concernant les créances commerciales à la date de clôture, analysée par zone géographique, est la suivante :

En valeur nette (en milliers d’euros) 31/12/2022 31/12/2021
Europe 102 395 82 805
Caraïbes 216 000 167 105
Afrique 316 828 234 161
TOTAL 635 223 484 071

Sur les deux exercices, le ratio des créances clients rapportées au chiffre d’affaires est inférieur ou proche de 10 %.

L’antériorité des actifs courants à la date de clôture s’analyse comme suit :

                     Montant des actifs échus
(en milliers d’euros) Valeur
comptable
Dépréciation Valeur nette
comptable
Montants des actifs non échus   Moins de
6 mois
De 6 mois
à 1 an
Plus de
1 an
Clients et autres débiteurs 801 834 31 413 770 421 460 430   237 265 56 504 16 222
Créances d’impôt 36 018   36 018 23 501   3 242 2 490 6 785
Autres actifs courants 21 469   21 469 21 096   90 283  
TOTAL 859 321 31 413 827 908 505 027   240 597 59 277 23 007

La ventilation, par échéance, des créances clients dépréciées est la suivante :

                 Montant des actifs échus
(en milliers d’euros) 31/12/2022 Montants des actifs non échus   Moins de
6 mois
De 6 mois
à 1 an
Plus de
1 an
Valeur brute des créances clients dépréciées 30 677 461   3 818 3 744 22 654
Dépréciation des créances clients (26 779) (461)   (3 129) (2 080) (21 109)
TOTAL 3 898     689 1 664 1 545

4.6  Impôts différés

Principes comptables

Des impôts différés sont comptabilisés pour toutes les différences temporaires entre les valeurs comptables et les valeurs fiscales, selon la méthode du report variable.

Des actifs d’impôts différés sont comptabilisés pour toutes les différences temporaires déductibles, reports en avant de pertes fiscales et crédits d’impôt non utilisés, dans la mesure où il est probable qu’un bénéfice imposable sera disponible dans un avenir prévisible, sur lequel ces différences temporaires déductibles, reports en avant de pertes fiscales et crédits d’impôt non utilisés pourront être imputés.

Les actifs et passifs d’impôts différés sont évalués aux taux d’impôt dont l’application est attendue sur l’exercice au cours duquel l’actif sera réalisé ou le passif réglé, sur la base des taux d’impôt (et réglementations fiscales) qui ont été adoptés à la date de clôture. Cette évaluation est mise à jour à chaque arrêté.

Les actifs et passifs d’impôts différés ne sont pas actualisés.

Les impôts différés sont enregistrés au titre des différences constatées entre les valeurs comptables et les valeurs fiscales des actifs et des passifs. Les soldes d’impôts différés actifs et passifs peuvent s’analyser comme suit :

(en milliers d’euros) 31/12/2022 31/12/2021
Immobilisations et amortissements (95 215) (73 847)
Droits d’utilisation et obligations locatives (IFRS 16) 4 896 3 580
Reports déficitaires 13 240 1 639
Différences temporaires 7 550 5 268
Provisions pour risques 3 072 1 803
Provisions pour coûts environnementaux 4 445 4 975
Instruments financiers (17 348) (980)
Engagements de retraite 8 795 9 548
Autres (3 004) (2 144)
IMPÔTS DIFFÉRÉS NETS (73 569) (50 158)
Impôts différés actifs 18 911 12 913
Impôts différés passifs (92 480) (63 071)
IMPÔTS DIFFÉRÉS NETS (73 569) (50 158)

Les impôts différés représentatifs de reports déficitaires concernent essentiellement le report en avant des pertes fiscales de l’intégration fiscale française (telle qu’elle est définie ci-dessous), de l’entité Frangaz (déficits nés avant l’entrée dans le périmètre d’intégration fiscale) et des entités Photosol. Les prévisions d’activité mises à jour à la clôture justifient le caractère probable de l’imputation à moyen terme des impôts différés actifs.

Les impôts différés relatifs aux instruments financiers sont essentiellement constitués par l’impôt différé relatif à la juste valeur des instruments de couverture.

Les impôts différés portant sur les immobilisations sont constitués principalement :

•   de l’annulation des amortissements dérogatoires ;

•   de l’homogénéisation des rythmes d’amortissement des installations techniques ;

•   de la différence entre la valeur consolidée et la valeur fiscale de certains actifs.

Les impôts différés actifs et passifs sont compensés par entité ou par groupe d’intégration fiscale. Seul figure au bilan le solde actif ou passif d’impôt différé par entité ou par groupe d’intégration fiscale. Il existe deux périmètres d’intégration fiscale dans le Groupe :

•   celui de la société mère Rubis SCA, qui comprend les entités : Rubis Énergie, Vitogaz France, Coparef, Rubis Patrimoine, Vito Corse, Frangaz, Starogaz, Sicogaz, Rubis Antilles Guyane, SIGL, Rubis Caraïbes Françaises, Rubis Guyane Française, Société Antillaise des Pétroles Rubis, Rubis Restauration et Services, Société Réunionnaise de Produits Pétroliers (SRPP) et Rubis Renouvelables (ex Cimarosa Investissements) ;

•   celui formé par Photosol SAS, qui comprend les entités : CRE 4, Firinga, Clotilda, Photosol Bourbon et Maïdo.

4.7  Stocks

Principes comptables

Les stocks sont évalués au plus faible du prix de revient et de la valeur nette de réalisation.

Le prix de revient est déterminé selon la méthode du prix moyen pondéré.

Les coûts d’emprunt ne sont pas inclus dans le coût des stocks.

La valeur nette de réalisation est le prix de vente estimé dans le cours normal de l’activité diminué des coûts estimés nécessaires pour réaliser la vente.

Une dépréciation est constatée lorsque la valeur probable de réalisation est inférieure à la valeur nette comptable.

Valeurs brutes    
(en milliers d’euros) 31/12/2022 31/12/2021
Stocks de matières premières et fournitures 66 593 66 675
Stocks de produits finis et intermédiaires 155 823 88 731
Stocks de marchandises et autres 421 848 402 898
TOTAL 644 264 558 304
Dépréciations          
(en milliers d’euros) 31/12/2021 Dotations Reprises   31/12/2022
Stocks de matières premières et fournitures 12 436 11 197 (10 615)   13 018
Stocks de produits finis et intermédiaires 227 12 466 (227)   12 466
Stocks de marchandises et autres 1 748 2 659 (1 637)   2 770
TOTAL 14 411 26 322 (12 479)   28 254

RAPPROCHEMENT AVEC LA VARIATION DU BFR AU TABLEAU DE FLUX DE TRÉSORERIE

VALEUR NETTE AU BILAN 31/12/2022 616 010
Valeur nette au bilan 31/12/2021 543 893
Variation des stocks et en-cours au bilan (72 117)
Incidence des variations de périmètre 1 428
Incidence des reclassements de poste à poste (139)
Incidence des écarts de conversion (6 514)
Variation des stocks et en-cours au TFT (77 342)

4.8  Capitaux propres

Au 31 décembre 2022, le capital social est composé de 102 953 566 actions entièrement libérées de 1,25 euro chacune et s’élève à 128 692 milliers d’euros.

Les différentes opérations sur capital, intervenues au cours de la période, sont reprises dans le tableau ci-après :

  Nombre d’actions Capital social
(en milliers d’euros)
Primes
(en milliers d’euros)
Au 1er janvier 2022 102 541 281 128 177 1 547 236
Plan d’épargne entreprise 171 576 214 3 229
Ligne de capital (BEA)      
Actions de préférence acquises 226    
Actions de préférence converties en actions ordinaires 244 431 306 (306)
Réduction de capital par voie d’annulation des actions rachetées (3 948) (5)  
Frais sur augmentations de capital     (39)
AU 31 DÉCEMBRE 2022 102 953 566 128 692 1 550 120

Au 31 décembre 2022, Rubis possédait 84 987 actions d’autocontrôle.

Convention de ligne de capital avec Crédit Agricole CIB de novembre 2021

En novembre 2021, le Groupe a signé une convention de ligne de capital avec Crédit Agricole CIB pour une période de 37 mois et dans la limite autorisée de 4 400 000 actions de 1,25 euro de nominal. Le prix de souscription des actions fera ressortir une décote de 5 % par rapport à la moyenne pondérée par les volumes des cours cotés des actions des deux séances de bourse précédant sa fixation. Crédit Agricole CIB intervient en tant qu’intermédiaire financier et n’a pas vocation à rester au capital de la Société. Au 31 décembre 2022, le Groupe n’a pas encore fait usage de cette ligne de capital.

RAPPROCHEMENT AVEC L’AUGMENTATION DE CAPITAL AU TABLEAU DE FLUX DE TRÉSORERIE

Augmentation (réduction) du capital social 515
Augmentation (réduction) des primes 2 884
AUGMENTATION (RÉDUCTION) DE CAPITAL AU BILAN 3 399
Rachat d’actions (réduction de capital) 5
AUGMENTATION DE CAPITAL AU TABLEAU DE FLUX DE TRÉSORERIE 3 404

RAPPROCHEMENT DU DIVIDENDE DISTRIBUÉ ENTRE L’ÉTAT DE VARIATION DES CAPITAUX PROPRES ET LE TFT

DISTRIBUTION DE DIVIDENDES SELON ÉTAT DE VARIATION DES CAPITAUX PROPRES 191 061
Paiement du dividende en actions  
DIVIDENDES MIS EN PAIEMENT AU TABLEAU DE FLUX DE TRÉSORERIE 191 061

4.9  Options de souscription d’actions et actions gratuites

Principes comptables

La norme IFRS 2 prescrit de constater une charge de personnel correspondant aux services rémunérés par des avantages octroyés aux salariés sous la forme de paiements fondés sur des actions. Ces services sont évalués à la juste valeur des instruments accordés.

L’ensemble des plans octroyés par le Groupe prend la forme d’instruments réglés en actions, la contrepartie de la charge de personnel étant comptabilisée en capitaux propres.

Les plans contiennent une condition de présence des bénéficiaires dans les effectifs du Groupe à la fin de la période d’acquisition des droits, ainsi que des conditions de performance hors marché et/ou de marché selon les plans.

Les conditions de performance de marché ont un impact sur l’estimation initiale à la date d’attribution de la juste valeur unitaire de l’instrument attribué, sans révision ultérieure au cours de la période d’acquisition des droits.

Les conditions de performance hors marché ont un impact sur l’estimation initiale à la date d’attribution du nombre d’instruments à émettre, celui-ci faisant l’objet d’une révision ultérieure, lorsque cela est nécessaire, tout au long de la période d’acquisition des droits.

Plans d’options de souscription d’actions

Des plans d’options de souscription d’actions sont accordés à certains membres du personnel du groupe Rubis.

Ces options sont évaluées à la juste valeur à la date d’attribution en utilisant un modèle binomial (Cox Ross Rubinstein). Ce modèle permet de tenir compte des caractéristiques du plan (prix d’exercice, période d’exercice, conditions de performance) et des données de marché lors de l’attribution (taux sans risque, cours de l’action, volatilité, dividendes attendus).

Cette juste valeur à la date d’attribution est comptabilisée en charges de personnel linéairement sur la période d’acquisition des droits par contrepartie des capitaux propres.

Attributions d’actions gratuites

Des plans d’attributions d’actions gratuites sont accordés à certains membres du personnel du Groupe.

Ces attributions d’actions gratuites sont évaluées à la juste valeur à la date d’attribution en utilisant un modèle binomial. Cette évaluation est effectuée notamment sur la base du cours de bourse de l’action à la date d’attribution, en tenant compte de l’absence de dividende sur la période d’acquisition des droits et des conditions de performance contenues dans les plans.

Cette juste valeur à la date d’attribution est comptabilisée en charges de personnel linéairement sur la période d’acquisition des droits par contrepartie des capitaux propres.

Attributions d’actions de préférence

Des plans d’attributions d’actions de préférence sont également accordés à certains membres du personnel du Groupe.

Ces attributions d’actions de préférence sont évaluées à la juste valeur à la date d’attribution en utilisant un modèle binomial. Cette évaluation est effectuée notamment sur la base du cours de bourse de l’action à la date d’attribution, en tenant compte, sur la période d’acquisition des droits, de l’absence de dividende et des conditions de performance contenues dans les plans.

Cette juste valeur à la date d’attribution est comptabilisée en charges de personnel linéairement sur la période d’acquisition des droits par contrepartie des capitaux propres.

Plans d’épargne entreprise (PEE)

Le Groupe a mis en place plusieurs plans d’épargne entreprise au profit de ses salariés. Ces plans consistent à offrir aux salariés la possibilité de souscrire à une augmentation de capital réservée, à une valeur décotée par rapport au cours de bourse. Ils remplissent les conditions d’application des plans d’achats d’actions.

La juste valeur de chaque action est alors estimée comme correspondant à l’écart entre le cours de l’action à la date d’attribution du plan et le prix de souscription. Néanmoins, le cours de l’action est corrigé pour tenir compte de l’indisponibilité de l’action pendant cinq ans, à partir de l’écart entre le taux sans risque à la date d’attribution et le taux d’intérêt.

En l’absence de période d’acquisition des droits, la charge de personnel est comptabilisée sans étalement par contrepartie des capitaux propres.

La charge correspondant à l’abondement octroyé aux salariés est également comptabilisée en résultat, en charges de personnel.

             
Options de souscription
Date du Collège de la Gérance
En circulation
au 31/12/2021
Droits
émis
Droits
exercés
Droits
annulés
  En circulation
au 31/12/2022
17 décembre 2019 150 276         150 276
6 novembre 2020 87 502         87 502
1er avril 2021 5 616         5 616
TOTAL 243 394         243 394
Options de souscription
Date du Collège de la Gérance
Nombre d’options en circulation   Date limite
d’exercice
Prix d’exercice
(en euros)
  Options
exerçables
17 décembre 2019 150 276   Mars 33 52,04    
6 novembre 2020 87 502   Mars 34 29,71    
1er avril 2021 5 616   Mars 34 40,47    
TOTAL 243 394          

Les modalités des plans d’actions gratuites en cours au 31 décembre 2022 sont illustrées dans les tableaux ci-après :

Actions gratuites de performance
Date du Collège de la Gérance
En circulation
au 31/12/2021
Droits
émis
Droits
exercés
Droits
annulés
  En circulation
au 31/12/2022
17 décembre 2019 385 759         385 759
6 novembre 2020 787 697         787 697
1er avril 2021 43 516         43 516
13 décembre 2021 160 072         160 072
20 juillet 2022   514 770       514 770
TOTAL 1 377 044 514 770       1 891 814

L’attribution définitive des actions aux bénéficiaires ne pourra intervenir qu’au terme d’une période d’acquisition de trois ans, en règle générale, qui court à compter de leur attribution par le Collège de la Gérance. L’attribution définitive est également soumise à l’atteinte des conditions de performance prévues dans les règlements des plans.

Actions gratuites de préférence
Date du Collège de la Gérance
En circulation
au 31/12/2021
Droits
émis
Droits
exercés
Droits
annulés
  En circulation
au 31/12/2022
11 juillet 2016 2 469   (2 469)      
13 mars 2017 1 932     (1 932)    
19 juillet 2017 374     (374)    
2 mars 2018 345     (345)    
5 mars 2018 1 157     (1 157)    
19 octobre 2018 140     (140)    
7 janvier 2019 62         62
17 décembre 2019 662     (662)    
TOTAL 7 141   (2 469) (4 610)   62

Les actions de préférence seront converties en actions ordinaires à l’issue d’une période de conservation d’un an en fonction du degré d’atteinte des conditions de performance.

Dans le cadre de la transaction Photosol, les managers du groupe acquis par Rubis SCA ont bénéficié d’un plan de rémunération en actions de la holding Rubis Photosol, tête du groupe Photosol, prévoyant l’octroi de 8,4 millions d’actions gratuites et 0,8 million d’actions de préférence. Ces éléments ont été évalués à la juste valeur et amortis sur la période d’acquisition, soit un an à compter de la prise de contrôle par Rubis SCA.

Valorisation des plans d’options et des actions gratuites

Le taux d’intérêt sans risque utilisé dans les calculs de valorisation de ces plans est le taux d’intérêt des obligations d’État pour la zone euro de duration équivalente à celle des options (source Iboxx).

En ce qui concerne l’exercice anticipé des options, le modèle repose sur une hypothèse d’anticipations rationnelles de la part des détenteurs d’options, qui peuvent exercer continûment leur option sur toute la période d’exerçabilité. La volatilité implicite retenue a été estimée à partir de la volatilité historique observée.

Les taux de dividendes annuels retenus pour les valorisations sont les suivants :

Date du Collège de la Gérance Actions gratuites
11 juillet 2016 3,7 %
13 mars 2017 3,4 %
19 juillet 2017 3,3 %
2 mars 2018 3,4 %
5 mars 2018 3,4 %
19 octobre 2018 3,0 %
7 janvier 2019 3,0 %
17 décembre 2019 2,9 %
6 novembre 2020 3,1 %
1er avril 2021 3,3 %
13 décembre 2021 4,0 %
20 juillet 2022 5,4 %

Plan d’épargne entreprise – Valorisation des PEE

Le taux d’incessibilité est estimé à 0,17 % pour le plan 2022 (0,41 % pour le plan 2021).

Le taux d’intérêt sans risque utilisé dans les calculs de valorisation des PEE est le taux d’intérêt des obligations d’État pour la zone euro de duration équivalente à celle des instruments évalués (source Iboxx). La décote liée à l’incessibilité a été estimée à partir du taux d’intérêt sans risque et du taux d’emprunt moyen sur cinq ans, soit respectivement 0,52 % et 0,17 %.

4.10  Passifs financiers

Principes comptables

L’évaluation et la comptabilisation des passifs financiers sont définies par la norme IFRS 9 « Instruments financiers ».

Les passifs financiers sont comptabilisés dans le bilan du Groupe lorsqu’il devient partie aux dispositions contractuelles de l’instrument.

La norme IFRS 9 distingue deux catégories de passifs financiers, faisant l’objet d’un traitement comptable spécifique :

   les passifs financiers évalués au coût amorti ; ils comprennent principalement les dettes fournisseurs et les emprunts avec utilisation, le cas échéant, de la méthode dite du taux d’intérêt effectif ;

   les passifs financiers évalués à la juste valeur, par résultat, qui ne représentent pour le Groupe que des cas de figure très restreints et n’ont pas d’incidence significative sur les comptes.

Évaluation et comptabilisation

Les principes comptables relatifs à l’évaluation et la comptabilisation des instruments dérivés sont exposés en note 4.5.

Répartition des passifs financiers par classes
(IFRS 7) et par catégories (IFRS 9)